3ème trimestre 2010 :

  • Mlle M. (suivi d'un cas vu en Juin 2010) : cet été, Madeleine s’est occupée de l’hospitalisation d’urgence de cette personne (occlusion intestinale suite à déshydratation). Madeleine a géré également sa réintégration à une mutuelle pour prise en charge des frais hospitaliers (car même si Mlle M est à 100%, la sécu ne rembourse pas la totalité du coût d’une hospitalisation). Sylvain a payé 3 mois de cotisation de mutuelle. Après 3 semaines d’hospitalisation, elle est rentrée chez elle et a rapidement provoqué une rechute afin d’être à nouveau prise en charge par l’hôpital. L’assistante sociale qui la suit a demandé une expertise psychiatrique qui a révélé une pathologie. Elle est assez agressive et accuse Madeleine de ne pas lui avoir remis l’argent promis.

ðDiscussion en séance : une partie des personnes présentes en réunion prône l’arrêt immédiat de l’aide financière. Malgré tout, pour ne pas se désengager brutalement, il est convenu :

- de poursuivre l'aide telle que votée mais bien prévenir la malade que l'aide se terminera en décembre;

- d'éviter au maximum les contacts avec la malade et de passer par l'intermédiaire de l'assistante sociale pour lui remettre les fonds.