2ème trimestre 2010 :

  • Mlle M. : Cette personne de 43 ans est atteinte d’une pathologie proche de la sclérose en plaques, elle vit seule et est très isolée et très déprimée. Bénéficiaire du RSA, une mauvaise gestion a déséquilibré son budget : elle se retrouve sans argent pour se nourrir en raison d’un gros découvert bancaire. Elle dit ne manger que du sucre depuis quelque temps, et quémande de temps à autre une baguette auprès de ses voisins. Elle a besoin d’une aide alimentaire de 150 à 200 euros afin de pouvoir se nourrir correctement. En effet, il est possible de demander des bons alimentaires dans les CCAS mais il faut ensuite se déplacer dans une épicerie sociale et cette patiente n’est pas suffisamment valide pour cela. D’autre part, le médecin lui a prescrit des compléments alimentaires, qu’elle doit aller chercher à la pharmacie : elle craint que cela soit lourd à transporter.

ðAide mensuelle votée : 300€/mois pour 6 mois à compter de Juin. La CFTC de Casa a pris en charge 142,91€ pour éponger une petite partie de ses dettes.

  • Mr S. : Ce Mr, signalé par l’ARS, vit dans un hotel en cours de demolition dans des conditions difficiles et est très déprimé par cette situation qui s’ajoute à des problèmes de santé graves. Les assistantes sociales sont en recherche de solution de logement pour ce monsieur.

ðLe bureau vote une aide ponctuelle de 300€.

  • Mr M. : est atteint d’une maladie dégénérative du système nerveux. Il présente d’importantes atteintes de la motricité des membres gauches, des troubles de l’équilibre très invalidants et des difficultés d’élocution. En début d’année 2010 il a pu être relogé dans un logement accessible et adapté à son handicap après avoir été hébergé de longues années chez des amis. Il lui faut s’équiper en mobilier : armoire, penderie, table, aspirateur, etc.

La priorité est l’achat d’une machine à laver car pour le moment il effectue les lessives dans une laverie.Compte tenu de ses problèmes d’équilibre et surtout de fatigabilité très importante il serait souhaitable qu’il procède à cet achat le plus rapidement possible.Ses ressources ne lui permettent pas de faire face à l’ensemble de ces dépenses si bien qu’à ce jour son installation est assez précaire voire inadapté à son handicap. Il reconnaît, même s’il souhaite ne pas solliciter des aides, avoir besoin d’un minimum de confort et de sécurité. L’ergothérapeute du service intervient pour l’installation d’aides techniques dans la salle de bains (siège fixe et barres d’appui).

L’assistante sociale a sollicité l’association pour une aide de 300€ pour l’achat de la machine à laver. Mr M dispose comme ressources d’une pension d’invalidité de 475€/mois et d’une AAH d'environ 300€. Il règle un loyer de 194 euros (après APL). Dans ses frais réguliers il règle des frais de mutuelle de 80 euros /mois.

ðAide ponctuelle versée par SYLVAIN: 500€ pour l'aider à s'équiper.